Tuesday, July 2021

Démarcations du parc des Virunga : la redevance de 30%, l’un de points de friction entre l’ICCN et les riverains de Nyiragongo

Par Frédéric Feruzi
Le dialogue communautaire de l’institut congolais de conservation de la nature (ICCN) avec les habitants du territoire de Nyiragongo, au Nord-Kivu, dans l’Est de la république démocratique du Congo (RDC) s’est refermé sans issue après avoir durée presque toute la journée ce vendredi, 5 février 2021, à Munigi.
 
Le dialogue qui a donné lieu à un débat passionné entre les deux parties rentrait bien sûr dans les activités de l’ICCN pour promouvoir un bon voisinage entre le parc des Virunga et ses populations riveraines.
 
Les habitants de Nyiragongo qui sont venus de diverses couches de la société locale se sont offert une bonne occasion de faire entendre leur voix sur le voisinage tumultueux avec le parc. Il n’est pas en effet rare que les différentes tendances de la société civile s’expriment dans les médias sur le débordement des animaux qui font parfois des dégâts, sur l’insécurité que représentent certaines parties du parc à quelques localités ou encore sur des zones des champs récupérées par l’ICCN en faveur du parc des Virunga.
 
Toutes ces sources de frustration ne sont pas sans tension ou méfiance envers le parc national des Virunga, patrimoine mondial de l’humanité. Les habitants de Nyiragongo qui ont participé au dialogue social de ce vendredi ont exprimé leurs inquiétudes sur tous ces points et autres.
 
Non aux nouvelles limites décidées en 2015, oui à celles de l’époque coloniale
 
De façon claire et nette, les participants au dialogue de vendredi avec l’ICCN ont dit leur opposition à la réalisation des démarcations décidées en 2015. Pour le président de la nouvelle société civile de Nyiragongo, la population n’avait pas été valablement représentée dans l’équipe de démarcation de 2015.
 
Les pancartes de l’ICCN implantées alors avaient été arrachées par des inconnus dans des localités. Au dialogue de ce vendredi, l’ICCN a fait savoir son intention d’entreprendre prochainement la pause des bornes pesant chacune 2 tonnes dans les limites du parc des Virunga avec les villages du territoire de Nyiragongo.
 
L’idée de l’ICCN de poser des bornes dans les limités convenues en 2015 a été rejetée. Les habitants de Nyiragongo lui ont plutôt proposé de les placer dans celles héritées de l’époque coloniale, en 1935. L’enjeu pour les habitants de Nyiragongo, c’est la récupération de zones qu’ils considèrent comme des champs qu’auraient pris l’ICCN pour le compte du parc des Virunga.
 
L’ICCN doit verser la redevance de 30% pour soutenir le développement de Nyiragongo
 
C’est un autre élément à la base de la crise de confiance entre l’ICCN et les habitants du territoire de Nyiragongo. Vasco Nicodème Kahombo, président de la nouvelle société civilelocale, laisse entendre que la population a mal digéré le fait que l’institut congolais de conservation de la nature n’a pas respecté les conventions arrêtées entre les deux parties depuis 1935.
 
Président du mouvement des sociétés civiles du Congo dans le territoire de Nyiragongo (MSCO), Jean-Etienne Bosenibamwe explique : ‘’Dans les 100% des revenus que rassemble l’ICCN, il y’avait 30%pour le territoire, 20%pour l’ICCN et 50%pour le gouvernement, c’est ce qui était prévu comme redevance mais il y’a plusieurs années que ça ne se fait plus’’.
 
Jean-Etienne Bosenibamwe explique que le non versement de cette redevance constitue un manque à gagner pour le développement du territoire de Nyiragongo. Il souhaite que les autorités et les députés nationaux s’impliquent, car la dynamique politique actuelle prône la priorisation des intérêts de la population, à travers le principe du chef de l’État ‘le peuple d’abord !’. Selon l’activiste de la société civile, les députés peuvent par exemple modifier la loi sur la démarcation des zones protégées pour limiter les conflits avec les riverains.
 
Le président du MSCO recommande en suite la multiplication des dialogues communautaires avec toutes les parties et l’implication des populations riveraines lors des démarcations pour amoindrir les dissensions, autour du parc national des Virunga.
 
Nos efforts pour recueillir les explications de l’ICCN concernant notamment la redevance de 30%n’ont pas pu aboutir.

Input your search keywords and press Enter.