Sunday, July 2021

Par Frédéric Feruzi

Ce lundi 13 avril, deux magnats de l’immobilier et du secteur agro-pastoral viennent d’être arrêtés à Goma : Modeste Makabuza et Emmanuel kamanzi. Leur arrestation a pris d’assaut le centre du débat public tout l’après-midi de ce lundi à Goma.

Modé et Kamanzi comme les habitants de Goma aiment les appeler ne viennent qu’allonger la longue liste de personnalités politiques et du secteur de l’économie que la justice congolaise a, depuis début 2020, soit interpellé soit arrêté dans le cadre de ses démarches pour faire la lumière sur les travaux de 100 jours du président Félix Tshisekedi.

Les travaux ont débouché sur un échec apparent. Plus d’une année après le lancement de travaux, aucune cérémonie officielle d’inauguration n’a été organisée car leur réalisation n’a pas été faite ou tout simplement a été faite à moitié. Les ONG de droits de l’homme et la société civile congolaise accusent des détournements de fonds affectés à ces travaux, dans ce qui s’apparente à de la maffia entre le cabinet du président de la république et les entreprises censées assurer l’exécution de travaux.

D’aucun s’interroge à Goma sur ce que pourra être l’issue de cette affaire, car elle implique en gros des hommes influents de la vie publique congolaise. Habitant du quartier Katindo, François, la cinquantaine révolue, s’exclame : ‘’Si ces interpellations ne nous amènent pas dans une situation emmerdante, alors elles se révèleront pour nous comme une voie vers le salut de ce pays !’’

Dans les arrêts-bus, aux coins de rues, dans les bureaux et sur les réseaux sociaux, les habitants de Goma ne discutaient ce lundi après-midi que sur l’arrestation de Modé et Kamanzi et le réveil subit de la justice congolaise. Certains ont un sentiment de soulagement et d’autres sont dans l’expectative. Voici quelques éléments du contexte de l’arrestation de deux des hommes les plus riches de Goma.

Modé et Kamanzi cités dans le détournement de fonds de 100 jours ?

Emmanuel Kamanzi, président de l’Acogenoki, Photo droit tiers.

‘’Il y’a eu déjà l’arrestation de de Modé Makabuza qui est le directeur général de la société SOCOC qui avait en charge l’exécution des travaux d’asphaltage de routes dans les Nord et Sud-Kivu ainsi que Kasaï en rapport avec les fonds qui lui avaient remis pour ces travaux par le FONER et l’OVD. Donc, il est momentanément placé à la prison Munzenze de Goma.’’, a déclaré ce lundi sur Top Congo FM, le coordonnateur de l’ONG de droits de l’homme ACAJ (Associations congolaise pour l’accès à la justice). Georges Kapiamba indique que Modé Makabuza a été cité par le DG de l’OVD et le DG du FONER (Fonds National d’Entretien Routier) qui est aussi aux arrêts depuis la semaine passée, dans le cadre des enquêtes sur les programmes de 100 jours.

Cette version accusatrice diverge un petit peu de celle renvoyée par les médias invités sur les chantiers de la SOCOC ce dimanche à Goma. La société congolaise de construction (SOCOC) a signé en avril 2019, avec l’office de voirie et drainage (OVD) un contrat d’asphaltage de 12,5 Km à Goma et 20 Km à Bukavu. Pour des travaux qui ne restent qu’avec 7 mois pour s’achever, car débutés en mai 2019, seuls 4 km ont été pour le moment réalisés à Goma. Toutefois, les médias invités sur les chantiers font observer dans leurs reportages que les travaux se poursuivent normalement. Ils ont relayé des témoignages d’usagers et d’ingénieur ainsi que des photos des travaux en cours.

Quant à ce qui concerne Emmanuel Kamanzi, président de l’association coopérative des groupements d’éleveurs du Nord-Kivu (ACOGENOKI), il aurait reçu 700 000$ du gouvernement congolais pour un projet de développer une laiterie dans le territoire de Masisi. Grace à l’usine, le lait brut devrait servir à fabriquer localement du beurre et du fromage, fait savoir un correspondant de Télé 50, qui a accompagné la visite du gouverneur du Nord-Kivu, sur le projet le 4 février dernier.

Des sources du journal en ligne Citizensmagazine, Emmanuel Kamanzi est poursuivi pour détournement de fonds alloués à la construction d’une unité modulaire de traitement de lait dans le cadre des programmes de 100 jours du chef de l’État.

Les appels au jugement des interpellés

Des militants de la Lucha dénonçant à Goma la force conjointe de grands-lacs en RDC. Photo Lundi hebdo.

Maitre Georges Kapiamba indique que son ONG suit de près l’affaire. Il se dit satisfait du déroulement des enquêtes faites par la justice qui procède à des interpellations et des arrestations de tous les individus sur qui pèsent des allégations de détournements. Il entend voir la justice aller jusqu’au bout dans le respect de normes judiciaires.

Sur son compte Facebook, le président de l’organisation citoyenne ‘’Génération positive-RDC’’ dit espérer qu’avec le président Félix Tshisekedi, il n’y aura plus d’intouchable en RDC. Jimmy Nzialy fait savoir que la génération positive-RDC a saisi tôt ce lundi le procureur général près la cour d’appel du Nord-Kivu pour solliciter des enquêtes et une contre-expertise sur tous les projets exécutés dans la province dans le cadre de 100 jours. Il affirme qu’il y’a des présomptions de détournements de fonds par les entreprises qui ont exécuté les travaux.

Pour sa part, la Lucha qui s’exprime sur l’arrestation de Modé Makabuza, également sur son compte Facebook, déclare :’’ Nous attendons la poursuite de ce dossier jusqu’à la fin afin de connaitre la vérité, que l’argent du pays soit remboursé pour que les travaux se fassent pour le bien de la population congolaise’’.
Modé Makabuza, préventivement détenu à la prison centrale de Goma, est en attente de son transfèrement à Kinshasa où il sera auditionné par le parquet général de Matete.

Input your search keywords and press Enter.