Saturday, October 2021

Par Frédéric Feruzi
Entre tremblements de terre qui se reproduisent toutes les 3 minutes en moyenne, des écroulements et des questionnements sur la probabilité d’une nouvelle éruption, la psychose ne fait que percer dans l’agglomération de Goma, au cours de ces dernières heures.
Les autorités et l’observatoire volcanologique de Goma (OVG) intensifient la communication avec l’espoir d’en venir à bout de l’incertitude perceptible aux visages des habitants de Goma et les environs.
Après des fissures qui ont été observées à l’hôpital général de Goma, au mont-Goma et ailleurs dans la ville suite aux tremblements de terre, les premiers écroulements ont été rapportés ce mardi. Une femme et ses 4 enfants ont été grièvement blessés, à la chute de leur maison, sur l’avenue de la frontière, au quartier Katindo. Une autre maison à étage, en plein chantier sur la même avenue, n’a pas pu également résister aux tremblements.
Vers la fin de l’avant-midi ce mardi, c’était au tour de la cendre volcanique d’envahir la ville de Goma. Elle était perceptible sur différents supports et la végétation. La cendre chatouillait les yeux tout en faisant peser une menace sur les poumons, selon certains.
Désormais, malgré une accalmie après l’éruption surprise de samedi soir, plus rien ne suffit pour rassurer une population qui préfèrent s’en remettre plutôt au destin. Les tremblements de terre répétitifs sont de magnitude localisée entre 4 et 7 sur l’échelle de Richter, selon l’OVG. A côté de ceux-ci, les réseaux sociaux qui distillent toutes sortes de messages contribuent d’aggraver la psychose dans la ville de Goma et dans le territoire de Nyiragongo.
Au moins 7 personnes mortes du gaz!
Les victimes du gaz sont entre autres des personnes qui sont allées faire le tourisme autour de la lave dimanche et lundi, et des habitants de Kibumba qui tentaient de venir à Goma, traversant une lave encore chaude.
L’OVG met en garde tous ceux qui vont s’aventurer sur une lave qui contient non seulement de la chaleur mais encore un gaz dangereux. C’est ce bureau scientifique qui a donné le chiffre de 7 personnes mortes du gaz, lundi. Mais plus tard, d’autres victimes auraient été identifiées, car alors que le bilan des morts était situé ce lundi à 15 personnes pour les événements du weekend, il est maintenant de 31 morts, signale Actualité.cd.
Les mises en garde de l’OVG qui explique que le gaz peut emporter plusieurs sur la lave encore chaude ne convainc pas certains à ne pas prendre de risque. En effet, des traversées sont toujours rapportées sur la lave au niveau du tronçon qui a été recouvert sur l’axe Goma-Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo. Certains habitants de Kibumba viendraient à Goma au motif de prévenir le risque d’étouffement de cette localité suite à la pénurie d’eau potable. Kibumba qui est sans aucune source d’eau naturelle, à part la pluie, dépend de Goma pour sa fourniture d’eau potable.
Selon les dernières nouvelles, les autorités provinciales ont entrepris la réouverture de l’axe Goma-Kibumba, qui est stratégique dans l’approvisionnement de Goma en denrées alimentaires et produits manufacturiers en province de l’Ouganda et de la ville de Butembo.
L’autre trait de l’actualité qui fait suite à l’éruption du volcan Nyiragongo, c’est la séparation de centaines d’enfants avec leurs familles ou proches. Des communiqués sont lus par dizaines dans des radios. Un enfant d’environ 6 ans a été retrouvé mort dans une zone à gaz ce lundi, dans le quartier Lac-vert, dans le sud-ouest de Goma. Ce mardi après-midi, son corps a été déposé à la morgue de l’hôpital général de Goma. Le bureau du quartier Lac-vert invite quiconque aurait perdu un enfant de passer pour vérifier le visage.
Une délégation de 7 ministres nationaux arrivée, ce lundi à Goma, effectuent des visites dans différents endroits affectés par la catastrophe volcanique de samedi soir. Le chef de la délégation, le ministre national de la santé, explique que la visite vise à évaluer les dégâts en vue d’apporter une assistance aux sinistrés.

Input your search keywords and press Enter.