Thursday, July 2021

Par Frédéric Feruzi
Le mouvement citoyen qui a vu le jour en 2015, dans un contexte politico-social tendu, en RDC, a totalisé 6 ans cette année. Filimbi a fêté cet événement à travers un café avec des intellectuels, des hommes politiques, des activistes citoyens et un public plus ou moins large, à Goma, le 15 mars 2021.
C’était une occasion pour faire l’évaluation des activités de Filimbi et de tous les autres mouvements citoyens qui sont nés dans cette période particulière de l’histoire politique de la RDC. La plupart de ces mouvements se sont apparemment battus uniquement pour l’alternance à la tête du pays. Dans son cas, le mouvement citoyen Filimbi ne s’est pas arrêté là-bas, nous a expliqué l’un de ses militants les plus en vue au Nord-Kivu, Amani Chebeya.
Celui-ci fait savoir que le silence passif dont on accuse actuellement les mouvements citoyens est plutôt un moment de préparation pour une nouvelle phase du combat que les mouvements citoyens mènent pour relever le Congo.
Le mouvement Citoyen se félicite au passage de sa contribution à la reconstruction de la démocratie en RDC. Amani Chebeya cite l’alternance pacifique qui en est un résultat. Il parle également de l’éducation citoyenne que Filimbi a donnée à plusieurs jeunes congolais qui ont rejoint le combat jusqu’à l’alternance politique et aujourd’hui poursuivent le combat.
‘’Il y’a trop de légèreté au sommet de l’Etat, les mouvements citoyens constituent une ligne rouge’’
C’est ce que croit Amani Chebeya. L’activiste citoyen n’hésite pas à critiquer la gestion de Félix Tshisekedi des affaires de l’Etat. ‘’Aujourd’hui le pouvoir Tshisekedi est un pouvoir qui est issu des élections chaotiques comme on peut le dire, mais quand même ce sont des élections qui ont eu lieu. Il y’a eu alternance, mais les violations de textes du pays continuent à se faire!’’, dénonce-t-il.
Amani Chebeya ne se limite pas là, il critique aussi sévèrement l’entourage que s’est fait le chef de l’Etat. ‘’Il y’a trop de légèreté au sommet de l’Etat. Le président a crée autour de lui une camaraderie, il a du mal à prendre des décisions parce qu’il y’a ses amis qui l’entourent et il a du mal à les contourner’’, explique Amani Chebeya.
L’initiative de l’union sacrée de la nation n’est pas épargnée. ‘’ On n’est pas pour cette union sacrée parce que c’est un conglomérat des gens qui viennent pour piller les ressources du pays et nous on se dit que c’est une chose qui est sans vision, c’est une plateforme qui n’a ni vision ni plan, c’est un club d’amis qui veulent s’accaparer. Nous, nous tiendrons Félix Tshisekedi à témoin car c’est lui qui est le chef de l’Etat, c’est lui qui est le garant’’, déclare-t-il.
Les plaies de Filimbi que le recul de la démocratie ne doit pas réveiller
Filimbi sera toujours-là pour jouer le contrepoids de toute dérive, annonce Amani Chebeya. Une dérive démocratique c’est en effet un manque de reconnaissance au combat inconditionnel que les mouvements citoyens ont mené, laisse entendre l’activiste. Il rappelle que plusieurs ont perdu leur vie, certains ont été blessés et d’autres sont aujourd’hui malades.
‘’On a tant de gens qui sont morts, d’autres qui sont devenus des handicapés à cause de cette lutte. Nous on se dit qu’on a fait notre part et on doit subir, ce sont les conséquences de la lutte. Dans chaque lutte, il y’a toujours des victimes. Donc, le combat continue’’, fait-il savoir et de préciser :’’6 ans après, moi-même je suis victime, aujourd’hui je souffre des bombes à gaz lacrymogène que j’ai reçues durant toutes ces années-là. J’ai du mal aussi à les revoir dans mes pensées, mais ça n’a pas été rose!’’.
Le mouvement citoyen Filimbi s’est aujourd’hui installé dans les trois villes du Nord-Kivu, Goma, Butembo et Beni. Il entend d’ici juin 2021 poursuivre son implantation dans le reste de la province, à en croire Amani Chebeya.         

Input your search keywords and press Enter.