Tuesday, July 2021

GOMA : 9115 FESTIVALIERS ONT SIGNÉ UNE PÉTITION POUR DIRE NON À L’EXPLOITATION DU PÉTROLE DANS LE PARC DES VIRUNGA

Vue l’entrée du festival Amani à Goma, photo Frédéric

Par Frédéric Feruzi

C’est une révélation qu’a fait ce mardi à Goma la fédération des comités des pêcheurs individuels du lac-Éduard (FECOPEILE). L’organisation environnementaliste et de défense des intérêts des pêcheurs du lac Édouard a tenu un point de presse d’évaluation de ses activités au festival Amani.

9115 festivaliers, c’est un millier de festivaliers de plus cette année comparativement à l’édition de l’an passé du festival. La même pétition y avait été signée, à l’initiative de la FECOPEILE toujours, pour attirer le regard des autorités congolaises et de la communauté internationale sur le danger d’exploiter le pétrole dans le parc des Virunga, aire protégée et patrimoine de l’humanité.

Pour la FECOPEILE, les décideurs doivent s’abstenir de poursuivre l’octroi de contrats d’exploitation dans ce parc qui s’étend de Goma en territoire de Beni, soit sur toute la zone Est de la province du Nord-Kivu. L’organisation reste convaincue que l’exploitation du pétrole ne profiterait qu’aux pétroliers et non aux communautés locales. Ce constat, le secrétaire exécutif de la FECOPEILE, Josué Mukura, l’a fait à l’issue d’une visite sur les champs d’exploitation du pétrole au Kongo-central, en Angola, au Nigéria et aux États-Unis.

Le message que les festivaliers ont soutenu en signant la pétition
Pour ce qui concerne la RDC, le message s’adresse principalement au ministre d’État des hydrocarbures. Les festivaliers et la FECOPEILE demandent au ministre de :’’Protéger le parc national des Virunga et sa biodiversité exceptionnelle contre toute tentative de déclassement de l’une de ses parties au profit de l’exploitation du pétrole, par contre de promouvoir l’écotourisme, la pêche responsable et l’énergie propre et non polluante pour un développement durable au profit de générations présentes et futures.’’, peut-on lire dans une lettre de FECOPEILE envoyée au ministre.

Si des sociétés de pétrole comme Total, Socco… ont abandonné l’idée d’exploiter le pétrole dans le parc, à la suite des pressions communautaires, la menace demeure car les autorités ont toujours tendance à accorder des contrats d’exploitation, selon la FECOPEILE. Son chef, Josué Mukura, s’étonne de cette attitude congolaise dans un pays qui reçoit de nombreux financements pour protéger l’environnement.

Sur la pétition, les festivaliers s’engageaient également à deux choses : la protection du parc des Virunga et sa biodiversité contre toute tentative d’exploitation du pétrole, et la déclaration selon laquelle, l’écotourisme, la pêche durable et l’énergie hydroélectrique constituent des piliers du développement socio-économique durable.

L’exploitation du pétrole dans le parc des Virunga aurait notamment lieu dans le lac-Édouard. Les conséquences directes et à long terme sur l’environnement seraient inimaginables, selon la FECOPEILE, car le lac-Edouard et ses ressources halieutiques font les moyens de subsistance de plus de 150 000 ménages.

Input your search keywords and press Enter.