Saturday, October 2021

GOMA : LE MAIRE DE LA VILLE SALUE LE COURAGE D’UNE POPULATION QUI A RECONSTRUIT LA VILLE EN 18 ANS SEULEMENT APRÈS L’ÉRUPTION DE 2002

Vue du boulevard Kanyamuhanga entièrement reconstruit après l’éruption de 2002

Par Frédéric Feruzi

Timothée Mwissa Nkesse a fait publier un message à l’occasion de la 18ème commémoration de l’entrée en éruption du volcan Nyiragongo. Le maire n’a pas tari d’éloges envers les habitants de Goma et tous les partenaires sociaux et gouvernementaux qui ont fait porter à la ville sa plus belle robe, selon lui.

La lave déversée sur la ville de Goma le 17 janvier 2002 a décimé au moins la moitié de la ville. ‘’Goma avait connu des pertes énormes en termes d’infrastructures tant immobilières, routières, mobilières qu’humaines, avec la disparition entre autres de la plus grande partie de sa voirie et bâtisses construits, en ce temps-là, dans les normes architecturales modernes.’’, mentionne le message du maire.

L’autorité de la ville reconnait que la lave du volcan Nyiragongo a mis en péril tous les espoirs des opérateurs économiques engagés dans les démarches pour donner à Goma son renom de ville aux attractions touristiques incommensurables.

Toutefois, 18 ans après l’éruption, d’importantes avancées ont été réalisées dans la reconstruction de la ville, met en évidence le maire de Goma. Timothée Mwissa Nkesse attribue tout cela d’abord aux habitants de la ville :’’ La mairie de Goma jette des fleurs et salue la bravoure, la détermination et l’engagement des dignes fils et filles, soucieux du développement de notre ville touristique.’’

Le maire s’adresse ensuite aux opérateurs économiques qui ont pris le développement de la ville comme une préoccupation, en dehors des affaires.

Timothée Mwissa Nkesse invite toute la population à toujours garder confiance aux autorités de la république dans le développement de la ville.
Outre le message du maire, la protection civile du Nord-Kivu a sensibilisé à travers les ondes d’une radio locale sur le rôle des habitants de Goma dans la surveillance du volcan Nyiragongo. Selon son coordonnateur, l’éruption volcanique reviendra tôt ou tard. Il faut se préparer, recommande Joseph Makundi :’’ La population doit savoir que la surveillance du comportement du volcan c’est dans sa responsabilité. C’est à ce niveau-là qu’elle doit sécuriser et protéger les matériels de l’observatoire volcanologique de Goma afin que ces matériels puissent nous donner à produire l’alerte. Elle doit aussi observer certains faits dans la communauté. Par exemple le mouvement du sol, là où le sol augmente, là où le sol diminue, là où il y’a des secousses sismiques, la communauté doit donner des informations sur le comportement du volcan, chaque jour à la protection civile et à l’observatoire volcanologique de Goma’’.

Le coordonnateur de la protection civile du Nord-Kivu en appelle également à la responsabilité des autorités locales :’’Les cadres de base, comme chefs des quartiers doivent savoir que le changement des drapelets c’est leur responsabilité. On ne peut pas encore voir les drapelets qui étaient en couleur jaune, devenir presque noirs parce que la poussière les a bousiés. La population ne peut pas voir le code d’alerte, on ne peut pas voir les panneaux d’alerte qui n’ont pas de drapelets. Ça c’est le rôle du cadre de base, du chef de quartier qui conduit sa population à la connaissance du risque et à la maitrise du code d’alerte’’.

Pour l’heure, le volcan Nyiragongo ne présente aucune menace à la ville, selon l’observatoire volcanologique de Goma. L’OVG qui rappelle régulièrement que ce volcan pourra entrer tôt ou tard en éruption, fait savoir que ses activités sont normales et que la population peut vaquer librement à ses occupations.

Input your search keywords and press Enter.