Saturday, October 2021

Impatience autour de la sortie du gouvernement : ‘’entre l’urgence et la précipitation, il faut faire la différence’’ (Sama Lukonde)

Par Frédéric Feruzi
Au sortir de sa rencontre avec le président Félix Tshisekedi, mercredi, le premier-ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a fait l’écho de la pression que l’opinion congolaise exerce autour de la sortie du nouveau gouvernement, un mois après sa nomination.
Le premier-ministre souhaite que les congolais patientent un peu plus encore. Il a promis mercredi 17 mars, après son audience avec le chef de l’État que le gouvernement est sur le point de sortir. Jean-Michel Sama Lukonde a annoncé que son équipe serait connue dans les prochains jours.
Après sa nomination en février dernier, il avait prévenu que son gouvernement serait des warriors (Combattants). Sama Lukonde avait reconnu qu’il aurait des défis prioritaires à relever notamment dans les domaines de la sécurité dans l’Est, des infrastructures et du social des congolais.
L’opposition lui y attend de pied ferme !
Jean-Baptiste Kasekwa, député du parti politiqueECIDÉ de Martin Fayulu, l’a annoncé clairement lors de sa conférence politique, début mars à Goma, sa circonscription électorale.
L’homme politique est venu sensibiliser les congolais, et ses électeurs en particulier, à se réveiller et à se mettre au combat pour obtenir le changement dont ils rêvent, pour la RDC. Pour cet élu, si les congolais s’abstiennent à faire des revendications au pouvoir de Félix Tshisekedi, celui-ci ne pourra pas gouverner différemment de Kabila et d’autres régimes passés.
Il fait observer les premières faiblesses qui ont émergé de la gouvernance de Félix Tshisekedi. Il cite la misère généralisée et notamment celle des enseignants suite à l’échec de la gratuité de l’éducation de base. L’insécurité s’accroit avec la naissance de nouveaux groupes armés qui sont passés du nombre de 40 à environ 140 en trois ans, dans l’Est de la RDC.
Jean-Baptiste Kasekwa pointe au même moment ce qu’il appelle échec de la démobilisation des miliciens dont certains ont été rassemblés dans des centres de transit. C’est le cas de celui de Mubambiro, à une vingtaine de kilomètres dans l’Ouest de Goma. Il révèle que seuls 350 miliciens sortis de brousses y sont restés alors que 1650 y étaient cantonnés, janvier 2019.
Pour le député, les conditions de vie de congolais se sont dégradées. Il dénonce aussi des détournements des fonds alloués à la riposte au Covid-19. Selon lui, des opérations organisées au niveau du ministère de la santé ont fait signer à plusieurs gouverneurs des provinces la réception de moins de la moitié de fonds que le gouvernement a sorti officiellement pour la riposte à la pandémie en provinces.
‘’Je suis venu pour dire à la jeunesse, il est temps que nous reprenions la mobilisation, pour nous prendre en charge. Le gouvernement Sama Lukonde ne va pas opérer des miracles. Nous ne lui demandons pas de faire de la magie mais si nous restons bras croisés, même ce que le gouvernement est capable de faire, nous ne l’obtiendrons pas’’, a déclaré le député Jean-Baptiste Kasekwa.
Il entend que les mouvements citoyens, les enseignants, la société civile  et toutes les autres couches de la population congolaise à se remettre rapidement en ordre de bataille. Ils doivent joindre leur voix à un petit groupe de députés consciencieux pour que comme en janvier 2015, le peuple puisse tirer les oreilles des dirigeants actuels, souhaite le député Jean-Baptiste Kasekwa.

Input your search keywords and press Enter.