Tuesday, July 2021

Par Frédéric Feruzi
C’est l’Ong de droits de l’homme FIRD qui signale les affrontements et lance un SOS pour les déplacés.
Les affrontements se sont passés à Bukumbirwa, village du groupement Ikobo, dans le territoire de Walikale, ce mardi. Les miliciens du NDC et FPP-AP qui se sont échangés des tirs  sont respectivement dirigés par les généraux autoproclamés Guidon Simweray et Kabidon. #
Leurs combats ont poussé une partie de la population à se refugier dans la brousse et une autre à Buleusa, localité située à plus ou moins 7 Km de Bukumbirwa.
La situation des déplacés est préoccupante. ‘’Les gens sont en débandade, et ce n’est pas uniquement aujourd’hui qu’ils y sont. Ils ne venaient que de rentrer, il y’a un mois. Les cuvettes sont vraiment vides. Il faut une assistance en termes d’alimentation, en termes de nourriture. Et aussi, il faut faire remarquer que chaque fois qu’il y’a un affrontement là-bas, les populations sont toujours victimes de pillages de récoltes et de semences’’, décrit Zaidel Ngolo, coordonnateur de l’Ong FIRD.
Des affrontements répétitifs qui fragilisent
Pendant qu’elle annonçait le retour des miliciens NDC dans leurs positions reconquises puis libérées par l’armée congolaise, l’Ong FIRD a fait observer la fragilisation des populations de la zone que génèrent les affrontements récurrents entre les milices.
Les populations sont dépouillées, perdent leurs maisons et leurs champs, elles sont tuées et blessées, et de temps en temps déplacées. Le rythme se répète. Pour mettre fin aux conséquences humanitaires, sociales et sécuritaires, l’Ong FIRD plaide pour des opérations militaires efficaces qui mettent fin à l’activisme des groupes armés.
Le coordonnateur de l’Ong, Zaidel Ngolo, recommande en attendant l’installation d’une position militaire stratégique notamment à Buleusa qui se chargerait de contrôler les mouvements dans toute la zone.

Input your search keywords and press Enter.