Thursday, July 2021

Par Frédéric Feruzi
La dynamique des écosystèmes de droits de l’homme (DEDH) lance un appel aux autorités à résoudre le problème de multiplicité des cimetières dans le groupement Munigi.
Le représentant de la DEDH accuse les opérateurs économiques qui utilisent la ruse pour créer des cimetières, qui semblent un nouveau secteur d’investissement et de concurrence pour des opérateurs économiques de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.
Ils achètent des concessions au motif d’y faire des cultures alimentaires mais par la suite les reconvertissent en cimetières, déplore Israël Mutambo. 5 cimetières se sont implantés dans le groupement Munigi, au détriment des cultivateurs qui perdent en face des champs.
Pour l’activiste des droits de l’homme, l’investissement qui se fait uniquement dans les cimetières expose les populations riveraines à la famine, car elles n’ont plus assez d’espaces pour cultiver.
Après la création du cimetière Makao par un groupe d’opérateurs économiques, ces dernières années, dans le groupement Munigi, pour résoudre le problème de cimetière VIP qui commençait à se poser à Goma, d’autres investisseurs locaux se seraient inspirés pour entreprendre la même initiative et maintenant la DEDH compte 5 cimetières.
L’Ong de droits de l’homme en appelle à l’implication des autorités pour trouver une issue à ce problème qui déstabilise surtout les pauvres populations de Nyiragongo. Israël Mutambo recommande par exemple que ceux qui investissent dans les cimetières aillent trouver d’autres concessions ailleurs dans le territoire qu’à Munigi.

Input your search keywords and press Enter.