Tuesday, July 2021

Par Frédéric Feruzi

Dans une note circulaire signée ce jeudi par le secrétaire général intérimaire de l’UNC, vital Kamerhe promet des sanctions aux récalcitrants à sa mise en garde.

C’est une prise de position du président de l’UNC qui intervient dans un contexte des manifestations quasi-radicales des partisans du parti, notamment au Sud-Kivu, fief de l’UNC. Certains cadres tiennent de plus en plus un discours haineux, à la limite tribal et anti-Luba dans la province. Depuis semaine passée, un tract appelant à chasser les ressortissants de la communauté, circule notamment dans les réseaux sociaux et dans la ville de Bukavu.

L’homme qui se veut nationaliste et pacificateur, vital Kamerhe, voit d’un mauvais œil cette attitude qui risque de l’enfoncer de plus bel. Il tient donc à la réprimer dans l’œuf, car la mobilisation de militants de l’UNC ne faiblit pas. Ce paragraphe de sa note relayée par Actualité.cd est ferme :’’Il est strictement interdit aux membres du parti démettre des propos et/ou de poser des actes, à caractère tribal, contrairement aux valeurs morales et nationalistes prônées par notre parti. Tout membre qui enfreindrait cette interdiction sera sanctionné conformément à notre règlement d’ordre intérieur ainsi qu’aux lois de la république’’.

Cette dénonciation de Vital Kamerhe s’est fait précéder par celle des organisations de la société civile qui ont trouvé inacceptable le virage haineux et tribal pris subitement par des membres de l’UNC depuis l’arrestation de leur leader le 8 avril. La nouvelle dynamique de la société civile du Congo (NDSC) a prévenu sur le risque des conséquences incalculables. ‘’Nous ne devons pas toujours chercher à tirer sur des cordes plus sensible que sont le tribalisme ou le régionalisme. Nous devons par contre privilégier l’intérêt suprême de la nation et demeurer un peuple uni, un peuple fort. Demeurer une république unie, une seule république telle que ça nous a été légué par les pères de notre indépendance.’’, déclare Jean-Chrysostome Kijana, le président de la NDSC.

Il lance un appel à la cohésion nationale :’’Nous disons qu’on soit du nord, qu’on soit du sud, de l’Est, de l’Ouest. Muswahili, Muluba, Mungala, je ne sais pas moi Mukongo, nous sommes tous et toutes filles et fils d’une même mère. Cette même mère s’appelle la nation congolaise’’.

Pour vital Kamerhe, les militants de l’UNC n’ont pas à le défendre par la pression de la rue. Le président de l’UNC a, depuis sa cellule à Makala, différentes fois, affirmé ces derniers jours que la poursuite judiciaire dont il est sujet permettra de déterminer son innocence par rapport aux détournements de fonds alloués aux travaux du programme de 100 jours du président Félix Tshisekedi.

Input your search keywords and press Enter.