Saturday, October 2021

Représentativité des femmes : le mouvement rien sans les femmes élabore à Goma une feuille des routes des activités pour 3 ans

Par Frédéric Feruzi
Les organisations membres du mouvement rien sans les femmes (RSLF) se réunissent, durant 3 jours, à partir de ce 12 avril, avec des femmes politiques pour rédiger ensemble ce document de travail qui va déterminer ce qu’il faut encore faire pour atteindre l’idéal de la représentativité des femmes dans les institutions congolaises.
Le ‘mouvement rien sans les femmes’ croit que la représentativité des femmes n’est pas encore suffisamment prise en compte dans les institutions congolaises. La feuille de routes lancée depuis 2015 doit être mise à jour, en vue d’adapter le combat pour la participation de la femme au contexte actuel, laisse entendre Nelly Kieya, point focal du RSLF au Nord-Kivu.
Celle-ci reconnait qu’il y’a eu des avancées mais qui n’ont pas atteint le niveau escompté par les organisations féminines. Pour combler le gap entre les objectifs et les résultats engrangés jusqu’ici, le ‘mouvement rien sans les femmes’ développe des réflexions sur quatre angles.
La représentativité des femmes devra être renforcée dans les instances judiciaires, les services de sécurité mais aussi des démarches pour leur présentation aux élections doivent être entreprises à travers la réforme de la loi électorale, fait savoir Nelly Kieya.
L’objectif d’emmener les femmes dans les institutions, c’est notamment pour influencer le changement dans la gestion de la chose publique, à en croire Nelly Kieya. ‘’Nous sommes convaincues que les questions de paix, de sécurité, les questions de développement ne peuvent pas réussir sans l’apport de la femme. Nous produisons les vies, nous devons protéger ce que nous avons produit. C’est à nous de travailler sur le développement de ces vies humaines que nous produisons’’, explique Nelly Kieya.
Pour la point-focale du mouvement rien sans les femmes, les hommes politiques ne sont pas souvent épris de ces questions. ‘’Moi, depuis que je suis née, je suis consciente que j’ai vu les hommes au pouvoir mais je les ai vus se battre pour l’inclusion de tel parti, telle tribu, tel n’a pas été représenté. Je ne les ai jamais vus se battre pour une cause commune du développement. Je ne les ai jamais vus se battre pour une cause commune de sauvegarder des vies humaines, en tout cas à un faible pourcentage, mais nous voyons que chaque fois que des femmes se prononcent c’est pour des questions de sauvegarde des vies humaines. Chaque fois que les femmes se prononcent c’est de ne pas être d’accord sur les violences faites à la femme, aux enfants et même à nos enfants hommes, époux, et tout. Je suis convaincue que la femme reste maintenant la seule solution pour la RDC’’.
L’atelier du ‘mouvement rien sans les femmes’ à Goma rentre dans le projet ‘TufauluPamoja’ que finance l’ONG CAFOD, à travers différentes provinces de la république démocratique du Congo.

Input your search keywords and press Enter.