Thursday, October 2021

Par Frédéric Feruzi
Dans une déclaration ce vendredi 16 avril, à Goma, le mouvement rien sans les femmes insiste sur la nécessité de la représentation paritaire de 50% des hommes et 50% des femmes, dans les institutions congolaises.
La déclaration du mouvement Rien sans les femmes (RSLF) fait suite à la sortie du premier gouvernement Sama Lukonde, le 12 avril dernier. Les organisations du RSLF saluent l’engagement manifeste de hausser le taux de représentation des femmes dans ce gouvernement. Elles font observer qu’il est passé de 17% à 26.3%, ce qui représente une avancée de 9.3% comparativement au gouvernement précédent.
Le mouvement rien sans les femmes y voit une certaine évolution de volonté politique.’’ Rien sans les femmes salue la prise en considération de la représentation des compétences des femmes par les partis politiques, le premier-ministre et le président de la république, et ainsi améliorer leur accès à la contribution à la gestion de la chose publique. Le chef de l’Etat et le premier-ministre viennent enfin de concrétiser les promesses qu’ils ont tenues lors de différents plaidoyers menés par les femmes pour leur représentation dans tous les organes de prise de décisions’’, fait observer sa déclaration.
Au-delà des nominations, le ‘mouvement rien sans les femmes’ a remarqué la qualité des ministères qui ont été attribués aux femmes. ‘’Rien sans les femmes note la satisfaction sur le choix des ministères confiés aux femmes et qui constitue la preuve éloquente de la reconnaissance de la compétence des femmes et l’expertise féminine en R.D.Congo’’, mentionne le document.
Le RSLF qui félicite donc les 15 femmes nommées dans le gouvernement Sama Lukonde les invite à garder la sensibilité genre tout au long de l’exécution de leurs mandats.
La parité homme-femme reste une exigence légale !
Après l’expression de reconnaissance et satisfaction, le mouvement rien sans les femmes rappelle ce que prévoit la constitution au sujet de la représentativité dans les institutions des hommes et des femmes. ‘’Rien sans les femmes reconnait que le pourcentage de femmes reste encore bas, au regard des exigences nationales et tient à rappeler que les 26.3% obtenus jusque-là restent non-conformes à notre constitution qui parle de la représentation paritaire soit 50% hommes, 50% femmes’’, indique le RSLF.
Les femmes interpellent par conséquent les autorités car elles restent sur leur soif. ‘’Nous restons convaincus qu’avec un minimum de volonté, d’engagement et de détermination, la loi de mise en œuvre de la parité deviendra une réalité en R.D.Congo’’, expliquent-elles dans leur déclaration.
Les organisations du mouvement rien sans les femmes concluent par un appel à intégrer les femmes dans les gouvernements provinciaux, les entreprises et les services étatiques (Service de renseignements, police nationale, armée congolaise, etc.) lors de prochaines nominations. Elles s’attendent à la mobilisation de tous pour le respect de l’article 14 de la constitution.  

Input your search keywords and press Enter.