Thursday, July 2021

SUD-KIVU : LA SOCIÉTÉ CIVILE DE KALEHE ASSURÉE D’UN RENFORCEMENT DES EFFECTIFS MILITAIRES DANS LES AXES INSÉCURISÉS DU TERRITOIRE

Cité de Minova, Kalehe, pgoto droits tiers.

Une délégation du cadre de concertation de la société civile du territoire de Kalehe s’est rendue à Bukavu ce lundi 28 janvier en vue de mener un plaidoyer auprès des autorités contre l’insécurité et des problèmes de développement que connait le Kalehe.

Les délégués de la société civile ont été reçus dès ce mardi par le commandement de la 33ème région militaire qui gère la province du Sud-Kivu. Ils ont présenté aux autorités militaires les problèmes de sécurité qui paralysent la vie sociale dans bon nombre de villages, notamment dans les groupements Mbinga-Nord, Mbinga-Sud, Ziralo, Kalonge, Mubuku et Buzi. Les miliciens profitent dans certains cas de l’absence des forces de sécurité dans certains villages. Cela est notamment observé dans une partie la chefferie de Buloho, selon la société civile. Dans d’autres cas, les forces de sécurité semblent passives par rapport à l’activisme des groupes armés, notamment dans le groupement Mbinga-Sud. Dans le village de Kasheke, la résidence du chef de groupement Mbinga-Sud a été la cible d’une attaque armée, déjouée par les forces de sécurité dans la nuit du 19 au 20 janvier.  

À Numbi, dans le groupement Buzi, l’insécurité est caractérisée par les contraintes auxquelles les ex-miliciens cantonnés soumettent la population pour les nourrir. Les habitants de Numbi doivent régulièrement rassembler à manger aux miliciens qui attendent leur démobilisation ou formation à l’armée. Qui plus est, les miliciens cantonnés à Numbi ont occupé, pendant les vacances de fin d’année, une école, jusque vers la mi-janvier, y  empêchant la reprise des cours.

Lors de la rencontre avec l’armée congolaise à Bukavu, ce mardi, les activistes de la société civile ont reçu la promesse d’un déploiement des militaires dans tous les coins du territoire de Kalehe qui connaissent l’insécurité grandissante, affirme Delphin Birimbi, le président du cadre de concertation de la société civile de Kalehe. Cette situation d’insécurité pousse des milliers des personnes sur le chemin de déplacements réguliers, depuis décembre 2019, selon le cadre de concertation de la société civile du territoire de Kalehe.

Le plaidoyer que mènent ses délégués à Bukavu concerne également le délabrement avancé des axes routiers et la destruction d’autres infrastructures sociales dans le territoire de Kalehe. Le 14 janvier dernier, un accident s’est produit au lieu-dit Chez les français à Nyabibwe, dans le groupement Mbinga-Nord. En cause, le mauvais état de la route et du pont de 152m non construit, sur le lieu. La société civile s’indigne du fait que rien n’a été fait sur ce pont qui a été pourtant annoncé parmi les projets de 100 jours du président de la république. L’accident qui avait impliqué un véhicule de marque Fuso avait entrainé la mort d’au moins 4 personnes et blessé gravement 68 autres.   

Les délégués du cadre de concertation de la société civile entendent rencontrer à Bukavu les autorités provinciales sur ce problème d’infrastructure et d’autres encore que connait le territoire de Kalehe. Le problème d’infrastructures est à la base non seulement d’accidents meurtriers mais encore impacte les activités socio-économiques, déplore régulièrement les différentes tendances de la société civile du territoire de Kalehe.

Input your search keywords and press Enter.