Thursday, July 2021

Par Frédéric Feruzi
Problème de santé publique en RDC, le paludisme constitue la première cause de morbidité dans le pays, des statistiques officielles.
L’asblSanru tente d’intercepter cette partie importante des malades qui vont consulter dans les structures sanitaires privées, pour des questions liées au paludisme. Ce phénomène s’observe surtout dans les milieux urbains de la RDC. Partenaires du gouvernement congolais, Sanru a lancé ce lundi 12 avril, à Goma, au Nord-Kivu, la troisième phase du projet ‘’Contribution à l’accès universel de la population de la RDC à des interventions efficaces de lutte contre le paludisme’’.
Grace à cette phase du projet, les près des 50% des populations qui se rendent dans le secteur privé accéderont enfin au diagnostic, au traitement et aux mesures préventives contre la malaria, presque sans frais. Cela est déjà une réalité dans les structures publiques grâce à Sanru qui bénéficie d’un financement du fonds mondial.
Via ses différentes phases du projet, l’asblSanru apporte un soutien déterminant au programme multisectoriel de lutte contre le paludisme (PNLP). L’ONG disponibilise non seulement des médicaments anti-paludisme de qualité mais encore distribue aux populations congolaises des moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée (MILD), à travers des cycles de 3 à 4 ans.
Les 3 particularités de la 3ème phase du projet
En dehors de l’extension de la prise en charge contre le paludisme dans les structures privées, caractérisée par des médicaments gratuits, l’asblSanru fait ressortir les trois particularités de cette phase du projet qui va durer 3 ans jusqu’en 2024.
La première consiste en une prise en charge qui va prendre en compte l’ensemble du pays. Sanru va fournir médicaments et moustiquaires sur la base de 12 anciennes provinces de la république démocratique du Congo (RDC). En second lieu, l’asbl va étendre l’âge des enfants considérés comme plus vulnérables de 5 ans à l’adolescence. Jusqu’à la deuxième phase de son projet, mise à part les femmes enceinte, seuls les moins de 5 ans bénéficiaient des soins particuliers notamment dans la prévention du paludisme.
Enfin, Sanru va distribuer dans sa nouvelle campagne des moustiquaires de deuxième génération, plus efficace que toutes les précédentes. Les différentes phases du projet de l’asbl contribuent du coup amplement à la matérialisation de la politique de couverture santé universelle du gouvernement congolais.

Input your search keywords and press Enter.