Saturday, October 2021

RDC : Joseph Kabila appelé à annuler les mesures de désaffectation d’une partie du Parc National des Virunga et de la Salonga pour une zone à intérêt pétrolier

Dans une pétition présentée à la presse de Goma, ce jeudi 11 octobre 2018 au centre de presse de l’UNPC / Nord-Kivu, le consortium Green Livelihood Alliance, GLA, plaide auprès du président de la RDC afin d’abroger toutes les mesures tendant à déclasser une partie du Parc National des Virunga et de la Salonga pour l’exploitation pétrolière.
Le lobby regroupant 7 organisations de défense de l’environnement, des droits humains et des peuples riverains du Parc National des Virunga s’oppose à la note d’information sur le projet de désaffectation des blocs 4 et 5 du Parc National des Virunga pour exploitation pétrolière.
Ce cartel environnemental craint la gravité des conséquences de l’exploitation pétrolière dans cette zone classée parmi les sites du patrimoine mondial de l’UNESCO.
Pour ses membres, l’exploitation du pétrole dans le Graben n’est qu’une destruction pure et simple de l’avenir des congolais. ‘’on ne veut pas donner la chance aux avares et à ceux qui ne veulent que de l’argent de pouvoir venir détruire notre écologie. On veut que la RDC puisse garder sa place stratégique dans le concert des nations comme étant le deuxième poumon écologique mondial et continuer à bénéficier des fonds environnementaux qui nous permettent d’ériger des infrastructures de développement écologiques et durables.’’ Souhaite, Michael Batakunda, un activiste de la protection de l’environnement au sein de l’Association Innovation pour Le Développement et la Protection de l’environnement, IDPE.

L’exploitation pétrolière aux conséquences inestimables

Selon GLA, l’exploitation du pétrole dans les deux Parcs du patrimoine mondial pourrait exposer la région à la déforestation qui stock le carbone et contribuer à grande échelle au réchauffement climatique, détruire la biodiversité et bloquer toute possibilité agricole, retirer à la population riveraine tout moyen de survie car vivant des ressources naturelles provenant desdits Parcs, provoquer un déplacement massif et forcé des populations qui pourront perdre leurs droits sur le sol et le sous-sol du fait de la cession et ternir la réputation de la RDC qui aura violé, dans ce cas, les conventions internationales ratifiées pour s’abstenir à exploiter les aires protégées pour l’intérêt de l’humanité.
En dehors des conséquences écologiques et environnementales, Isaac Mumbere activiste du Réseau pour la Réhabilitation et la Conservation des Ecosystèmes Forestiers du Nord-Kivu (Réseau CREF), perçoit une éventuelle exploitation du pétrole comme une source supplémentaire de la recrudescence des cas d’insécurité. ‘’L’exploitation minière que nous vivons a corroboré la cartographie des groupes armées. L’expérience dans le delta du Niger a démontré que les groupes armés ont afflué à côtés des pipelines et ont fait de ce coin le far West africains où l’insécurité se vit au quotidien.’’  
Selon François Misser de La libre Afrique, dans son article « RDC : Le Parcs des Virunga à nouveau menacé par les pétroliers », publié le 9 septembre 2017 ‘’ la crainte des défenseurs de l’environnement comme du conservateur du Parc, le Belge Emmanuel de Merode était que l’exploration sismique puis l’exploitation ne portent atteinte à la riche mais fragile biodiversité du parc. Celui-ci abrite non seulement avec le Parc des Volcans rwandais et l’Impenetrable Forrest ougandaise les derniers gorilles de montage mais comprend aussi une partie du Lac Edouard, dont l’écosystème et les moyens de subsistance de quelque 50 000 familles de pêcheurs pourraient être menacés par une marée noire éventuelle.’’

Faire entendre son cri pour l’intérêt de l’humanité

Ce groupe de pression espère que le président Joseph Kabila pourra recevoir avec intérêt cette pétition qui a requis la signature de plus de 23 mille activistes de la protection de l’environnement et riverain du seul Parc des Virunga vu son engagement pour la conservation et la protection de l’écosystème, selon qu’a laissé entendre, Eddy Kambale, le Coordonnateur du Centre d’Education pour la Protection de l’Environnement et le Développement Durable CEFED.
GLA a organisé plusieurs activités de plaidoyer auprès de la presse et des institutions nationales afin de porter haut leurs vœux de protéger l’environnement. Ils ont également été reçues par les principaux conseillers du Président Kabila, le 24 et le 25 septembre 2018 afin d’échanger autour de leurs luttes.
Pour rappel, le conseil des ministres du gouvernent congolais a adopté, le 8 juin 2018 à Kinshasa le projet visant à déclasser par décret une zone à intérêt pétrolier de 172.075 hectares du bloc 4 et 5 du Graben Albertine représentant 21,5 % du Parc National des Virunga. Dans la même réunion, le conseil a également adopté la note d’information sur les blocs 1et 2 de la cuvette Centrale ainsi que le projet de désaffectation de la partie du Parc National de la Salonga dans le bloc 2 , ce qui porte à deux les notes contesté par l’Alliance GLA .

Alain Alame
Input your search keywords and press Enter.